Lorsque l’on essaie de calmer l’esprit, on a l’impression d’avoir d’avantage de pensées qu’auparavant. En vérité, ce n’est pas tant que leur nombre a soudainement augmenté, c’est que l’on prend tout à coup conscience de leur foisonnement. Nous avons mentionné qu’il n’est ni possible ni désirable de bloquer les pensées. Il est important, en revanche, d’en maitriser le processus si l’on veut éliminer les causes de la souffrance et permettre l’épanouissement du bonheur authentique. Les automatismes de pensée ne font que renforcer notre dépendance à l’égard des causes de la souffrance, alors que la méditation régulière, loin d’engendrer une sorte d’hébétement ou d’abolir toute spontanéité, conduit à la liberté qui accompagne la maitrise de l’esprit et la paix intérieure.

Extrait du livre de Matthieu Ricard, “L’art de la méditation”

No Comments